Thursday, August 6, 2015

Travel Diary : Ireland - Day 16 (Donegal, Glencolumbkille, Glenveagh National Park)



Cette seizième journée fût l'une des plus chargées de notre voyage. Nous sommes parties de Donegal City le matin, sommes allées jusqu'à Glencolumbkille (qui se situe sur la pointe sud-ouest du comté de Donegal) pour repartir en fin d'après-midi au Glenveagh National Park (qui se trouve plus au Nord Ouest) et finir enfin la journée à Antrim (qui est une ville d'Irlande du Nord). Longue journée donc mais surtout une aventure inoubliable et avec pleins de photos à la clé! 

Pour lire les articles précédents, cliquer sur les liens qui suivent :
Jour 1 - Jour 2 - Jour 3 - Jour 4 - Jour 5 - Jour 6 - Jour 7 - Jour 8 


Le matin nous ne nous sommes pas réveillées trop tard afin de ne pas perdre trop de temps sur notre journée (que nous savions, allait être longue). Toutefois, avant de quitter Donegal City, nous sommes allées visiter son château, château qui a été construit en 1474. 


Château de Donegal.


Sybille heureuse, sous une cheminée (il ne m'en faut pas beaucoup!)




A droite, l'escalier pour accéder au premier étage du château. Ce dernier est très particulier puisque toutes les marches n'ont pas la même taille de sorte à ce que les ennemis soient ralentis quand ils l'empruntaient. C'est aussi un escalier qui donnait l'avantage aux droitiers s'il y avait un duel d'épées.



Au dessus, une photo du premier étage qui est très spacieux. Vous pouvez voir la cheminée aux pierres sculptées qui est assez imposante mais très belle.


La fameuse cheminée.


Le deuxième étage n'est pas meublé mais la charpente est d'une beauté incroyable. Il y a notamment une reconstitution de l'histoire du château.

La charpente.

L'extérieur.

Encore une photo du château.



Donegal Parish Church (qui se trouve en face du château).

Après notre visite du château, nous sommes allées poster nos cartes (je sais c'est super intéressant) puis nous avons dit au revoir à Donegal City et avons roulé jusqu'à Glencolumbkille en prenant la Wild Atlantic Way. Sur le chemin, comme d'habitude, nous avons fait plusieurs arrêts afin que je puisse prendre des photos...

Le port de pêche de Killybegs (à 27km à l'ouest de Donegal).


Après ce petit arrêt à Killibegs (1300 habitants), nous sommes passées par les villages de Kilcar (250 habitants) et Carrick (250 habitants aussi) sans nous arrêter.




Les moutons toujours de la partie.

Puis enfin, nous sommes arrivées à Glencolumbkille. Maintenant vous vous demandez peut-être pourquoi nous avons décidé d'aller là-bas? (parce qu'entre nous qui a entendu parler de cet endroit parmi vous?) Et bien pour être honnête, j'étais juste intriguée par le nom (que je n'arrive toujours pas à prononcer malgré des essais répétés)! Il n'y avait donc aucune raison particulière de notre passage là bas mais parfois les détours valent la peine, et celui là en faisait définitivement partie!


Sinon, Glencolumbkille est un village de 725 habitants qui se trouve à l'extrémité ouest de la péninsule de Slieve League (qui sont des falaises comme celles de Moher mais en plus hautes). 

Quelques maisons et des jardins bien fournis!


Pour la petite anecdote : Glencolumbkille faisait partie de l'un des nombreux petits villages irlandais de l'Ouest qui s'éteignait doucement du fait des départs des villageois. Cependant, dans les années 1950, un curé (le père McDwyer) a eu une idée pour sauver le village: il instaura un système communautaire où tout appartenait à tout le monde. Cela a fonctionné un temps mais la crise économique a révélé les limites d'un développement uniquement local. Aujourd'hui, la principale source de revenus est assurée par la pêche industrielle à Killibegs. 

Folk Village Museum.

Si le village de Glencolumbkille n'a rien d'exceptionnel (bien qu'il soit très mignon), c'est la nature environnante qui est absolument fantastique! En effet, il y a de tout à cet endroit : des fallaises, de la campagne et la mer! La ballade en voiture est à faire à tout prix pour le simple plaisir des yeux.



Des moutons, toujours et encore!

Malin Beg.


Sur la photo juste au dessus, je me trouve à Malin Beg qui est ce qu'on pourrait qualifier de vrai "bout du monde" (d'autres photos au dessus de celle-ci). En contrebas, vous pouvez entrevoir un bout de plage, qui était vraiment superbe. On peut d'ailleurs y accéder par un long escalier mais nous n'avons pas osé le descendre. Il était aussi et surtout temps de repartir (et temps de refaire tout le chemin à l'envers donc puisqu'il n'y a qu'une seule route).

Ah quelle chance ils ont ces moutons!

Une fois la Wild Atlantic Way quittée, nous avons roulé jusqu'à Ardara (730 habitants), qui est une ville carrefour connue pour sa musique et son festival The Cup of Tae (et non je n'ai pas fait de fautes: c'est bien "tae" et pas "tea").

Une statue de la liberté sur le bord de la route.

Il commençait à se faire tard et nous n'avions toujours rien avalé. Comme nous n'avions vraiment pas le temps pour nous arrêter, j'ai attrapé ce qui nous restait comme provisions et nous ai concocté un petit repas improvisé. C'était assez difficile de préparer quelque chose en voiture avec tous les virages mais j'ai réussi et c'était très très drôle (petite photo juste en dessous).

Du pain avec du houmous et des petites tomates.

Enfin, après une heure et demie de voiture, nous étions presque arrivées au Glenveagh National Park. Il devait être 16h passées et nous savions que la dernière navette pour nous rendre au parc était à 17h mais évidemment, comme d'habitude, il n'y avait pas d'indications précises pour nous indiquer où se trouvait l'entrée du parc. 

Après avoir cherché pendant plus d'un quart d'heure, nous avons demandé à quelqu'un. Nous avions en fait encore vingt minutes de route à faire pour y arriver. Une fois de plus, nous n'avons pas baissé les bras (malgré la fatigue) et à 17h nous sommes arrivées sur place. 


Heureusement pour nous, la dernière navette n'était pas encore partie (sinon nous aurions dû marcher 6km à pied). Malheureusement, nous n'avons pas pu visiter le château qui n'était plus accessible à cette heure là mais nous nous sommes baladées dans les jardins alentours. Là encore, nous n'avions pas beaucoup de temps puisque la dernière navette pour retourner au parking où se trouvait notre voiture partait à 17h45. La visite a donc été plutôt rapide (une demie heure) mais agréable! 

Le château.

Pour la petite histoire: l'origine de ce parc est le rêve un peu fou de John George Adair, un homme très riche qui n'hésita pas à exproprier 46 familles (soit 244 personnes en tout) de ses terres en plein mois d'avril 1861 (glacial et pluvieux). En 10 ans, il avait fait érigé un château à la décoration intérieure très hollywoodienne. Aujourd'hui, tout le monde peut le visiter. 











Maison du jardinier.


Il y a une variété impressionnante de plantes, d'arbres et de fleurs dans les jardins. On peut tomber sur des pins comme des rhododendrons comme des palmiers ou encore des lys et des agapanthes (magnifiques fleurs violettes). En tout, le parc naturel fait 16 000 hectares.



La statue de droite fait extrêmement peur je trouve!



Les jardins étaient divisés en plusieurs "catégories". Il y avait par exemple le jardin italien, chinois...



On a presque du mal à croire que ce sont de vraies roses!






La position la plus étrange du monde (je suis une pro pour ce genre de poses).



De l'autre côté de la maison, il y a un immense lac (le Lough Veagh) et les montagnes de Derryveagh. La vue est à couper le souffle!


A 17h45 nous étions donc de nouveau dans la navette pour retrouver notre voiture. Notre journée était loin d'être finie puisque nous devions nous trouver à Antrim, là où nous avions réservé notre chambre pour la nuit. La route fut longue mais nous l'avons fait! (nous n'avions pas vraiment le choix à vrai dire mais bon...) Nous sommes donc passées de l'Irlande républicaine à l'Irlande du Nord qui appartient au Royaume-Uni. Les kilomètres sont donc devenus des miles, les euros, des livres. Et ce qui est drôle (enfin bizarre surtout) c'est qu'il n'y a aucun panneau ou indication qui nous dit que nous ne sommes plus en "Irlande". On se rend compte du changement par les drapeaux anglais qui pendent à presque toutes les maisons et les panneaux de limitation de vitesse qui passent de 100 km à 35 miles. Le temps que nous arrivions à notre hôtel, il ne nous restait presque plus d'essence, bref l'aventure pure et dure! Heureusement pour nous, il y avait à 500 mètres une station essence où nous sommes allées après avoir déposé nos valises dans notre chambre. Nous avons donc fait le plein (en gallons) et sommes reparties (encore une fois!) à la recherche d'un Burger King. Et là encore, cela a été toute une aventure! J'ai tapé dans le GPS: "Burger King" et ce dernier nous a emmené en plein milieu de nul part. J'ai retapé une nouvelle fois et il y en avait un autre à un quart d'heure de là où nous étions (au fin fond de la campagne anglaise). A presque 22h nous sommes arrivées à un Burger King (qui existait). Il n'y avait personne à part quatre mamies qui mangeaient tranquillement. C'était d'ailleurs assez marrant de les voir à cette table à cette heure là mais bon on ne s'étonne plus de rien après 15 jours sur l'île ahahah! 

Quand nous sommes finalement rentrées au B&B pour ne plus ressortir, nous avons pris chacune une longue douche chaude et nous nous sommes couchées. Avant d'éteindre les lumières nous avons allumé la télé, histoire de voir ce qui passait et nous sommes tombées sur l'émisson Lip Sync Battle avec pour invitées Anne Hathaway et Emily Blunt (cliquer ici pour voir un extrait).

Voilà donc pour cette longue journée! 
J'espère que l'article vous a plu. 

Des bises,
Sybille.


No comments:

Post a Comment

09 10