Sunday, July 19, 2015

Travel Diary : Ireland - Day 8 (Derreen Garden, Beara Peninsula)


Ce huitième jour en Irlande fût pluvieux, très pluvieux. Mais ce n'est pas ce qui nous a empêché de visiter la Beara Peninsula! Moins de photos que d'habitude donc (parce que le temps était vraiment mauvais) mais toujours autant d'anecdotes! 

Pour lire les articles précédents cliquez sur les liens suivants :
Jour 1 - Jour 2 - Jour 3 - Jour 4 - Jour 5 - Jour 6 - Jour 7



La Beara Peninsula se trouve au Sud Ouest de l'Irlande, c'est une péninsule montagneuse qui s'étire entre les baies de Bantry (vous vous souvenez je vous avais parlé de la Bantry House dans mon article précédent) et de Kenmare (la ville où nous dormions). C'est aussi l'une des presqu'îles les moins visitées de l'Irlande. L'itinéraire fait passer par plusieurs villes/villages : Adrigole (500 habitants), Castletownbere (qui est un petit port), Allihies, Eyeries et Lauragh.

Nous avons commencé notre journée par la visite des jardins de Derreen qui se trouvent à Lauragh.


Pour y arriver, nous avons emprunté un chemin assez tortueux. Quand nous sommes arrivées, il n'y avait personne. Juste une pancarte qui disait en gros de mettre le montant de l'entrée dans une boite (soit 7 euros pour un adulte). Nous avons été honnêtes et avons mis l'argent demandé mais j'imagine que beaucoup ne le font pas. Drôle de système donc mais bon, ce n'est pas ce qu'il y a de plus étrange en Irlande je pense ahah! 

Capuches sur la tête, parapluie et appareil photo dans une main, nous nous sommes enfoncées dans les jardins ou plutôt la forêt de Derreen. Il y avait plusieurs chemins à emprunter, nous y sommes allées totalement au hasard et nous sommes laissées "embarquer" par nos pieds si je peux dire ça comme ça. Et au bout du premier chemin, une surprise nous attendait...

La mer!!!


Il pleuvait de plus en plus fort mais nous étions émerveillées par la vue qui se présentait à nous. On était seules, c'était le paradis! (En plus on aime la pluie et puis cela créait une magie supplémentaire).

Je me suis avancée dans cette vase mais j'ai vite rebroussé chemin!

Un véritable paradis je vous dis!


Ce que je n'ai pas dit aussi, c'était les deux ambiances/odeurs différentes. D'abord nous étions en quelque sorte protégées par les arbres de la forêt, avec l'odeur de la mousse, de la terre mouillée et ensuite nous étions "baignées" dans l'odeur iodée de la mer. Tous nos sens étaient actifs, c'était une expérience assez exceptionnelle! 

Pour une fois, nous avions prévu notre coup : nous avions mis nos baskets! 

Nous nous sommes ensuite ré-introduites dans la forêt. Et puis là, j'ai senti un regard posé sur nous. C'était un jeune cerf qui était là, à même pas un mètre de nous, qui nous regardait fixement, très calme. Ma mère voulant protéger mon appareil photo de la pluie a bougé le parapluie un peu trop brusquement et cela l'a fait fuir mais il n'ait pas allé très loin. J'ai pu donc le prendre en photo!


Après cette deuxième surprise (la première étant la découverte de la mer à la sortie de la forêt), nous avons continué notre ballade sous une pluie battante, qui ne cessait pas.





Le look de winneuse! 


A gauche, des feuilles magnifiques (je n'en ai jamais vu de pareilles avant). A droite, une feuille de fougère arboressante.


Le jardin était très bien "pensé" pour le confort des visiteurs. Il y avait par exemple, une sorte de grillage anti-glisse sur la passerelle en bois (que vous pouvez voir sur cette photo juste au dessus). On  ne se sentait vraiment pas en danger même si nous étions seules, sous la pluie, au milieu de nul part.

Puis, au bout d'un autre chemin, nous sommes de nouveau arrivées face à la mer. Il y avait cette fois-ci un petit kiosque sous lequel s'abriter. Nous avons décidé de prendre un petit thé (ouais parce qu'on était tellement bien organisées -pour une fois- qu'on avait même prévu le thermos de thé).


Rien de meilleur qu'une tasse de thé chaud après une ballade sous la pluie!

Aussi, pendant notre ballade, nous sommes tombées sur des petites cabanes de fées. Il y en avait un peu partout. En voici deux juste en dessous :


La ballade terminée (sans s'être perdues), nous avons repris la voiture, direction le Josie's : un petit restaurant sur notre chemin recommandé par le Routard.


Une nouvelle épopée nous attendait! Nous roulions sur une toute petite route à double sens mais qui ne permettait le passage que d'une seule voiture (en gros, une voiture peut arriver en face à tout moment et là c'est un problème mais heureusement, ça ne nous ait pas arrivé!). Nous sommes allées jusqu'au bout de cette petite route pour nous retrouver nul part. Nous avons donc rebroussé chemin et nous nous sommes rendues compte que nous avions raté un coche. La route était quand même très belle et j'ai pu capturé de beaux paysages et des moutons bleus!


Et oui, en Irlande, les moutons sont bleus, rouges ou verts. (Bon là, vous me prenez pour une folle, mais j'ai la preuve juste en dessous, le mouton est bien bleu -enfin, son postérieur l'est en tout cas-). Je n'ai pas encore cherché la signification de ces "moutons colorés" mais comme les H en Belgique, je trouverais une réponse à mon interrogation (enfin si vous avez une explication, n'hésitez pas!).


Ah oui et, ce que je ne vous ai pas dit, c'est que la première fois, que nous sommes tombées sur des "moutons colorés" j'ai cru que ma mère avait eu une hallucination. Je m'explique : nous étions sur la route (comme d'habitude), et d'un coup ma mère me dit qu'elle a cru voir un mouton bleu mais qu'elle ne sait pas si c'est la fatigue ou l'Irlande qui lui fait un effet bizarre. Moi, qui suis une personne plutôt terre-à-terre, je lui dit qu'elle a dû rêver et que c'est tout simplement impossible (même en Irlande). Et vingt secondes plus tard, c'est à mon tour de m'exclamer : "Un mouton bleu!". Voilà, c'était la petite anecdote...

Petit ajout : On a répondu à ma question, les moutons sont libres dans la lande et comme il n'y a pas d'enclos, tous les troupeaux se mélangent. Chaque ferme marque donc chacun de ses moutons d'une couleur pour les distinguer. (C'est ce que je pensais mais je n'étais pas sûre. Ca m'étonne quand même qu'il y est si peu de couleurs différentes...)

La fameuse petite route dont je vous parlais plus haut.

Le Josie's.

Nous y sommes restées une petite heure et avons mangé et bu un petit thé histoire de faire une pause avant de repartir de plus belle.



Un des villages qui se trouvent sur la péninsule de Beara est Eyeries. Il est connu pour ses maisons aux couleurs vives (comme vous pouvez le voir ci-dessus et ci-dessous).


Après ça, il nous restait LE truc à faire absolument selon tous les guides (on en a trois différents avec nous) : prendre la Healy Pass Road, qui est une route traversant les Caha Mountains d'où se dégagent plusieurs beaux points de vue sur la Bantry Bay et les paysages à l'ouest de Cork. Malgré le temps qui était de pire en pire, nous avons décidé de l'emprunter, de peur de passer à côté de quelque chose.

Des moutons bleus (encore) qui ont décidé de passer par la route!



Au bout d'un moment, nous nous sommes arrêtées parce que le panorama était absolument merveilleux. Il avait cessé de pleuvoir alors j'en ai profité pour faire quelques photos.

Sybille qui s'amuse.



Il y avait deux hommes à l'endroit où nous nous sommes arrêtées. Un était comme nous dehors, en train de prendre des photos et l'autre était en voiture. Celui en voiture est passé devant nous et nous a dit : "Good weather isn't it?" (traduction : "beau temps n'est-ce pas?"), ce à quoi nous avons répondu :"Yes indeed!" ("oui effectivement"). 

Voyant que nous avions nous aussi de l'humour, il s'est arrêté et est venu nous parler. C'était un Irlandais pure souche : le fermier qui connait la montagne comme sa poche et pour qui les moutons sont des amis. Il était vraiment sympathique et nous avons eu une petite conversation très agréable avec lui! Je ne me souviens pas de son nom malheureusement mais j'ai réussi a capturé une photo de lui depuis la voiture quand nous sommes reparties (l'homme de dos, c'était celui qui prenait des photos).






Nous avons ensuite quitté le Healy Pass et au bout, il y avait une vieille pompe à essence et juste à côté la maison miniature d'un leprechaun, le lutin irlandais (c'est en tout cas, ce qu'il est écrit dans le Routard et j'avais vraiment envie de voir ça en vrai). Quand nous sommes arrivées devant j'ai tout de suite bravé la pluie et est posée à côté (la photo juste en dessous).

 N'est-ce pas mignon? (j'ai vérifié le leprechaun n'était pas à l'intérieur, il devait se cacher!).

Nous sommes rentrées à notre B&B à Kenmare et sommes sorties diner en ville (une des pire pizza de ma vie mais ça ne vaut même pas la peine que j'en parle ici). Cette journée était donc assez longue et pleine de péripéties mais restera gravée dans nos mémoires (en bien plus qu'en mal). Je vous souhaite donc de faire ce parcours si un jour vous passez par là et espère que vous n'aurez pas le temps horrible que nous avons eu (même si, comme je le disais précédemment, je pense que cela apporte un certain charme). 

Ainsi se finit cet article. J'espère que mes petites histoires vous ont plu! Je vous retrouve demain pour plus de photos encore et d'autres anecdotes. 

Des bises,
Sybille.


No comments:

Post a Comment

09 10