Friday, January 17, 2014

Cinema | Jane Campion

Dernièrement j'ai eu (et je continue d'avoir) une envie de découvrir d'un peu plus près l'oeuvre de Jane Campion, dont vous pouvez d'ailleurs voir une photo ci-dessous :


(Last minute info : Jane Campion présidera le Festival de Cannes de 2014)

J'avais déjà vu La leçon de piano, qui est un film pour lequel elle a remporté la Palme d'or au Festival de Cannes en 1993 et qui a fait d'elle la première réalisatrice à recevoir ce prix (ce n'est pas rien!), mais c'était il y a plusieurs années déjà et à l'époque je n'avais pas été bousculée, touchée, comme je le suis maintenant, après avoir vu un autre film dont je vais vous parler dans quelques instants. J'imagine que j'étais encore trop jeune.
Toutefois, même si je ne m'en souviens pas clairement, j'avais été marqué par plusieurs éléments :
1) la musique. En effet, comme je jouais déjà du piano (et j'en joue toujours d'ailleurs), j'avais trouvé la bande originale assez incroyable (et bientôt, qui sait, je jouerai le thème principal).


2) les costumes. Je pense aux fameux chapeaux (dont je ne sais même pas le nom) qui sont rester gravés dans ma mémoire. Voici une photo juste en dessous :


3) la petite fille (la peste plutôt) qui n'est d'autre que Anna Paquin, aujourd'hui adulte et toujours actrice. Je me souviens que lorsque j'ai appris que c'était elle qui jouait l'enfant dans La leçon de piano, j'ai repensé un instant à sa prestation et je me suis dit : "Wow", prestation qui lui a d'ailleurs valu l'Oscar du Meilleur second rôle féminin en 1994 à l'âge de 11 ans seulement, ce qui fait d'elle la deuxième plus jeune actrice récompensée aux Oscars.



Holly Hunter (la mère dans La Leçon de Piano) et Anna Paquin (la fille) avec leurs Oscars.


La jeune Anna Paquin.


Anna Paquin adulte.

4) l'histoire. Une femme qui, par amour pour son instrument, est prête à tout pour le récupérer. Quelle déclaration à la musique! Grandiose, selon moi. 

Finalement, maintenant que je me relis, je me rends compte que j'ai été plus marquée par ce film que ce que je pensais. 
Bref, tout cette introduction pour vous dire que récemment, j'ai vu la série de Jane Campion pour la BBC : Top of the Lake mais aussi Bright Star, qui est son dernier long-métrage et j'ai vraiment été impressionnée par son talent. 

Voici quelques photos :










Maintenant que j'ai fini avec ma longue parenthèse sur La Leçon de piano (qui j'espère vous a plu et vous a donné envie de voir le film), je vais vous parlez de Top of the Lake puis de Bright Star.

1. Top of the Lake

Mini-série de 7 épisodes dont les acteurs principaux sont : 
Elizabeth Moss, Peter Mullan, David Wenham et enfin Holly Hunter (qui jouait le rôle principal dans La leçon de piano).

Top of the lake raconte l'histoire d'une jeune détective qui est à la recherche d'une fille de douze ans dont on apprend très vite qu'elle est enceinte. On suit à la fois le déroulement de l'enquête mais aussi la vie privée de l'inspectrice. Au fur et à mesure des épisodes, on découvre pourquoi elle est si passionnée, dévouée à cette enquête mais on est aussi totalement immergés dans une certaine ambiance à la fois glaciale et "secrète". 
L'action se déroule dans une petite ville du Sud de la Nouvelle-Zélande.Les décors naturels de cette série font d'ailleurs, en partie, sa qualité (on a le droit a des plans magnifiques de la forêt, du lac, des montagnes qui nous donnent réellement envie de partir découvrir par nous-mêmes la Nouvelle-Zélande) et ils permettent aussi de renforcer cette ambiance un peu glauque. 



Remarque : un des lieux où se déroule une partie de l'action est appelée "The Paradise" et je ne crois pas que ce soit une coïncidence. Voilà une petite photo :




Moi qui connaissait Elizabeth Moss( qui joue ici le rôle de l'inspectrice)grâce à la série Mad Men, série dans laquelle elle interprète le rôle d'une jeune "conceptrice-rédactrice" des années 50, j'ai pu être témoin du contraste impressionnant entre les deux rôles. Effectivement, alors que dans Mad Men elle est vêtue avec des tenues vintage et élégantes, dans Top of the Lake au contraire, on ne retrouve ni les robes, ni les charmants ensembles mais des joggings à tout va, et une actrice sans maquillage. Quel challenge pour Elizabeth Moss! 

Voici quelques photos pour illustrer mon propos : 





Elizabeth Moss dans le rôle de Peggy Olson (Mad Men)



Elizabeth Moss dans le rôle de Robin Griffin (Top of the Lake)

Le plus incroyable dans tout ça c'est que je l'ai trouvé belle dans Top of Lake, presque davantage que dans Mad Men. Il y a chez Elizabeth Moss une beauté qui ne s'explique pas. Son regard est particulièrement intense et son jeu est parfait. Pas d'artifices, juste du jeu. 

Je la trouvais déjà incroyable dans Mad Men et c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai voulu regardé Top of the Lake, et pour tout vous dire, je ne suis point déçue! Elisabeth Moss est selon moi, une actrice très talentueuse dont j'aimerai voir toute la filmographie! 



Petite info en passant: Lundi a eu lieu la 71ème cérémonie des Golden Globes et elle a gagné celui de la Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm pour Top of the Lake. N'est-ce pas une raison de plus de regarder cette série?

Sinon, à part la performance de Elizabeth Moss, les autres acteurs sont tout aussi formidables! En particulier l'actrice Jacqueline Joe qui joue la jeune Tui (celle que la détective recherche) 








J'ai acheté la série en DVD donc j'ai pu regarder les bonus (un de mes passe-temps favoris) qui étaient d'ailleurs très très très intéressants! On y trouve entre autres des interview et un documentaire qui suit Jane Campion et Gérard Lee (co-équipier de la réalisatrice). On les voit lors de l'élaboration de la série, quand ils écrivent le scénario et qu'ils sont bloqués, sur le tournage ensuite etc... J'ai appris énormément de choses et j'ai trouvé les bonus vraiment bien faits! J'ai été particulièrement touché par une séquence des bonus dans laquelle Holly Hunter se met à pleurer (non je ne suis pas sadique) parce que ses répliques sont d'une dureté abominable. Cela m'a ému parce qu'on se rend compte comme les acteurs peuvent être vulnérables et qu'ils sont humains tout comme nous et non pas des robots qui récite un texte. Bref, si la série vous a plu, que vous avez envie d'en savoir plus et que vous avez la possibilité de voir les bonus, je vous y invite! 

Enfin, je finirai par une petite touche négative (et oui, il en faut bien une). La fin est à mon goût trop rapide. Alors que la totalité de la série fait une durée de six heures, que l'enquête donc se déroule sur sept épisodes (ce qui est assez long), l'intrigue s'achève en une vingtaine de minutes. On découvre qui est le coupable, tout l'envers du décor. La série qui est très lente se termine donc avec une résolution accélérée qui ne s'accorde pas avec le reste. On est comme bousculés au 7ème épisode alors qu'on était "bercés" pendant les six épisodes précédents. 


Toutefois, Top of the Lake se regarde très bien. A chaque fin d'épisode on a envie de voir la suite, et comme la série ne dure que six heures, on peut visionner la série en un weekend même pas. Donc plus de points positifs que négatifs pour Top of the Lake


PS : le générique est aussi magnifique (sauf la musique qui après avoir été entendue maintes et maintes fois a eu pour effet de vraiment me stresser). 





Liens utiles:

-le teaser ici

-la bande annonce
-le site  (il me semble que vous pouvez encore voir la série sur Arte en rediffusion par contre je ne sais pas si elle disponible en VO sur le site).


2. Bright Star

Et voilà la raison pour laquelle j'ai décidé de consacrer un article à Jane Campion: ce film. 

Bright Star est le dernier long-métrage en date de Jane Campion. Il est sorti en 2009. Le titre vient d'un poème de John Keats dont la première phrase est « Bright star, would I were steadfast as thou art » (« Astre Brillant ! puissé-je, immobile comme tu l'es… », traduction de Paul Gallimard) qu'il a composé alors qu'il était avec Fanny Brawne.
Ce film est donc un biopic qui retrace les dernières années de la vie du poète anglais John Keats, depuis sa rencontre en 1818 à Hampstead, avec sa voisine Fanny Brawne dont il tombe amoureux, jusqu'à sa mort de la tuberculose à Rome le .



John Keats


Fanny Brawne


Pour tout vous dire, je ne savais même pas que ce film se basait sur une histoire vraie quand j'ai mis le DVD dans mon lecteur. C'est pendant que je le regardais que je me suis dit : "mais tiens John Keats, ce nom me dit quelque chose!" bref, j'étais d'autant plus surprise puisque le biopic est un genre que j'affectionne particulièrement. 

Cela faisait longtemps que je voulais voir Bright Star et c'est donc vendredi que j'ai enfin franchi le pas. Même si j'ai pleuré durant toute le film et tout l'après-midi ensuite, je ne regrette pas de l'avoir vu. 
Maintenant j'imagine que vous allez vous dire "mais est-elle folle? pourquoi veut-elle qu'on regarde un film qui fait pleurer?" et bien ma réponse est très simple: certes je ne peux nier le fait que mes larmes étaient des larmes de tristesse cependant ces larmes étaient aussi mêlées à d'autres de JOIE. Je ne saurai vous décrire les sensations qu'on éprouve à la vision de ce film (du moins les sensations que j'ai pu avoir). Je l'ai trouvé si beau, si poétique, si parfait que je ne pouvais m'empêcher de pleurer. J'étais un vrai robinet (c'était d'une beauté folle!). J'en suis toujours si émue que je n'arrive même pas à trouver mes mots. Et c'est ça que j'aime dans le cinéma justement. Quand un film vous laisse à la fois sans mot et vous fait réfléchir pendant des jours et des jours après l'avoir vu. Je pense qu'un film qu'on regarde et qu'on oublie n'est pas un bon film. Après ce n'est que mon avis personnel.

Pour parler des acteurs principaux maintenant (parce qu' ils participent grandement à la beauté de ce film), je dirai qu'ils sont tous les deux exceptionnels. Je les connaissais déjà avant. J'avais vu Abbie Cornish (qui joue Fanny Brawne dans Bright Star) dans le dernier film de Madonna (et oui elle fait des films pour ceux qui ne le savait pas) W.E qui est aussi un biopic (sorti en 2012), aussi une histoire d'amour et que j'ai aussi vraiment aimé! 




Abby Cornish




Abby Cornish dans le film W.E. de Madonna


Abby Cornish dans Bright Star


Et j'avais vu Ben Whishaw(qui joue John Keats dans Bright Star) dans deux films déjà contrairement à Abbie Cornish, qui sont :
Le Parfum : histoire d'un meurtrier (2006) qui est un film basé sur le roman de l'écrivain allemand Patrick Süskind du même nom et Skyfall (2012). Mais je l'ai aussi vu dans une série: The Hour (dont je vous parlerai sûrement dans un autre article parce que cette série est magique). 



Ben Whishaw 




Ben Whishaw dans Le Parfum, histoire d'un meurtrier de Tom Tykwer.



Ben Whishaw dans Skyfall de Sam Mendes.


Ben Whishaw dans The Hour. 


Ben Whishaw dans Bright Star.


J'avais donc déjà pu témoigner du talent d'interprétation de ces deux acteurs auparavant et je peux maintenant affirmer qu'ils sont vraiment doués. Je tire mon chapeau en particulier à Abby Cornish qui a réussi, à travers son jeu, à me transporter dans son personnage. Son interprétation était juste et sincère, sans ajouts superficiels. 


Maintenant je vais me pencher sur la réalisation. Avec son Bright Star, Jane Campion réalise selon moi, un vértitable chef d'oeuvre. 
Elle réussi à filmer et à rendre compte d'un amour naissant entre deux personnes, des sentiments qui les parcourent, de la peine qu'ils ressentent une fois séparés, de la jalousie et de la passion. On peut réellement sentir à travers ce film toutes les sensations qu'on peut avoir quand on est amoureux d'une autre personne. On a le droit à une palette entière de tout ce qu'on éprouve lorsqu'on est épris. Elle a surtout réussi avec brio à saisir cette magie qui se produit quand on trouve sa moitié. On sent que Jane Campion a une maîtrise totale de son art. Ces plans sont travaillés, tous plus sublimes les uns des autres. Le scénario aussi est bien ficelée, les dialogues sont mêlées à la poésie.

En bref, ce film est un spectacle pour les yeux, les oreilles, l'esprit et je vous invite VRAIMENT à le voir au plus vite. 

Quelques images à travers lesquelles vous pourrez voir par vous-mêmes la beauté de ce film :




Les deux amoureux dorment dans des chambres voisines. Ils se "sentent" à travers les murs.









  « Je rêve que nous sommes des papillons n’ayant à vivre que trois jours d’été. Avec vous, ces trois jours d’été seraient plus plaisants que cinquante années d’une vie ordinaire. » John Keats, 1 juillet 1819.




Cette séquence fait partie des plus belles esthétiquement. Dans la chambre de Fanny, des papillons par dizaines.

Et enfin j'oubliais les costumes qui sont vraiment subliminaux :


On retrouve les fameux chapeaux comme dans La leçon de piano.




Liens utiles : 

La bande annonce de La Leçon de piano.

- La bande annonce de Bright Star. (Ils ont utilisé un de mes morceaux préféré pour la bande annonce : MAGNIFIQUE).

- Extrait de Bright Star.

- D'autres photos de Bright Star.

No comments:

Post a Comment

09 10